image

Le Confort Thermique

par Sophie Savini - 2 min de lecture
Tévolys

 

Dans nos précédentes tribunes nous avons abordé de manière générique la notion de qualité de vie au travail, ou plutôt dans les différents espaces de travail au sein desquels l’employé est appelé à évoluer. Entrons maintenant dans le concret en commençant par l’élément le plus facile à appréhender par tout le monde : le confort thermique dans l’espace de travail.


Le confort thermique est défini comme "un état de satisfaction du corps vis-à-vis de l'environnement thermique". Il est traditionnellement lié à 6 paramètres :

  1. Le métabolisme : production de chaleur interne au corps humain pour maintenir celui-ci autour de 36,7°C.

  2. L'habillement : résistance thermique aux échanges de chaleur entre la surface de la peau et l'environnement.

  3. La température ambiante de l’air (Ta).

  4. La température moyenne des parois (Tp).

  5. L'humidité relative de l'air (HR), qui est le rapport exprimé en pourcentage entre la quantité d'eau contenue dans l'air à la température ta et la quantité maximale d'eau contenue à la même température.

  6. La vitesse de l'air, qui influence les échanges de chaleur par convection.

En bâtiment tertiaire, on peut considérer que la vitesse de l’air ne dépasse pas 0,2m/s et que son influence sur le confort est négligeable. De la même façon, le métabolisme et l’habillement ne sont pas des paramètres que GEOLYS intègre pour l’instant. Il semble donc pertinent de se concentrer, en première approximation, sur la mesure la Température de l’air et l’humidité relative comme indicateurs clés du confort thermique pour l’usager (même s’il serait plus précis d’intégrer la Température de Paroi pour déterminer la température de confort ressentie, appelée aussi "température opérative" ou "température résultante sèche").


Exemple d'intégration des données de confort sur un écran TV :


Ces deux paramètres mis à disposition par la solution GEOLYS peuvent alors être analysés au regard d’abaques traduisant la satisfaction des usagers l’hiver et l’été, comme ceux proposés par exemple par l’American Society of Heating, Refrigerating and Air-Conditioning Engineers (ASHRAE), pour trouver le meilleur équilibre entre confort et économie d’énergie.

à suivre...